AU SECOURS, J’AI 30 ANS

AU SECOURS, J’AI 30 ANS

J’ai 30 ans!!!

C’est officiel, je viens de fêter mes 30 glorieuses années ! Oh mon dieu ! Je me souviens qu’enfant, mon ambition ultime été d’être une magnifique trentenaire working-girl. Ce n’est vraiment pas banal comme rêve, merci les séries américaines, montrant ces femmes de 30 ans qui avaient une vie tellement cool. Je ne sais pas vous, mais ces derniers mois, j’ai prié tous les Dieux possibles pour pouvoir espérer avoir un peu de rabe. Bon comme vous pouvez le constater ça n’a pas fonctionné. J’ai pris conscience de mon âge, tout simplement comme nous toutes, en me regardant dans le miroir, le premier cheveu blanc, que j’ai arraché évidemment. Le début des premières rides… Et bien sûr le teint moins frais, par rapport à 10 ans en arrière, quand juste un coup de mascara me suffisez, à être prêtes. Oui, c’est là que les prières interviennent.

Mais pourquoi donc ai-je si peur d’avoir 30 ans ? Le plus drôle dans tout ça, c’est que j’ai vécu une partie de ma vingtaine, comme si j’en avais déjà trente. Les habits sérieux, pour le travail sérieux, oh, mon dieu ! Ces fringues me font paraître 10 ans de plus, tout ça pour sembler crédible, aux yeux du monde.

OK, Boomer!

Je ne sais pas pour vous, mais moi je n’arrête pas de comparer les filles, qui ont environ mon âge, pour savoir si je fais plus jeune. Que c’est ridicule, ça me rappelle ma mère à l’approche de ses 50 ans, qui nous demandait, tout le temps, à mes sœurs et moi « rassurez moi, je ne fais pas aussi vielle qu’elle ? » On aime se réconforter, comme on peut. 😉 Je pense qu’on a toutes et tous un cap à passer que ce soit 30, 40 ou même 50. Perso, je ne suis pas aidée par ce qui me sert de petites sœurs, on a une bonne décennie d’écart, pourtant j’ai le droit à « OK Boomer » à tout va, merci, j’apprécie beaucoup. Je ne me sens pas vieille après tout ça. Surtout quand je retrouve de vieilles lettres échangées avec mes amis, enfants, et que ses charmantes créatures se prennent un fou rire « Oh mon dieu, vous étiez à l’âge de pierre, internet vous ne connaissiez pas ? ». Eh bien, oui. J’ai connu les mots qu’on se faisait passer à l’école ou par la poste, la trilogie du samedi (team Phoebe), MSN (vive les wizz qui te freeze l’écran), les cassettes vidéo et audio, les baladeurs CD antichocs 30sec… Bref, je suis fière d’avoir vu tout ça !

Je pense qu’on a du mal à avaler la pilule, tout simplement, car on prend conscience qu’on vieillit (moment philosophique de l’article 😊), et que notre vie et notre jeunesse ne sont pas éternelles. Enfin pour ma part c’est tout à fait çà. Vive la mini déprime qui s’en suis, quand tu le réalises. Mais nous ne sommes pas non plus aidés par notre société, qui veut qu’à 30 ans on soit raisonnable, casé, avec un ou plusieurs enfants, une belle maison et pour couronner le tous un bon poste qui rend fier notre entourage. Oui, c’est bien connu que sans cela, on va être malheureux comme les pierres, et tomber en dépression… Vous savez quoi ? J’ai réalisé, que mes 30 ans été le moment de vivre enfin pleinement ma vie, j’ai donc quitté mon boulot respectable et bien payé (mais que vas-tu faire ? Tu avais un bon de train de vie ?) pour trouver ce qui me fait vibrer. Oui, car si je dois bosser jusqu’à 70 ans je préfère faire des trucs qui me donnent envie de me lever, le matin et l’ambition de conquérir le monde ; oui, j’aime voir grand, ce n’est pas un défaut, enfin je ne crois pas 😉. Mais avant de subjuguer le monde, je veux le connaitre et le découvrir. Malheureusement, ça va attendre encore un peu le temps que cette pandémie se calme.

Comme vous l’aurez compris, j’ai eu un peu de mal à l’accepter, mais bon c’est fait maintenant (oui, oui, rassure-toi), et je vais vous faire une confidence, j’essaye de faire des choses qui m’ont toujours fait peur, car il n’y a que ceux qui ne font rien qui ne se trompe jamais !

J’adorerais savoir comment vous l’avez vécu ou comment vous le vivez ?

 À très vite,